L’Association

 

L’Association des Ecrivains de Langue Française est la plus ancienne des associations francophones.

Dans le cadre de sa vocation internationale au service de la langue française et des littératures qui l’illustrent à travers le monde, elle a pour mission de faire reconnaître le talent d’écrivains originaires de pays où la langue française est pratiquée ou d’écrivains étrangers qui ont choisi de s’exprimer en français.
A l’origine, les Prix littéraires ont été créés “pour distinguer des auteurs étrangers écrivant en français au-delà des mers”.
Nos Prix littéraires, définis en fonction de critères géographiques précis, sont au centre de notre action pour la défense et la promotion des littératures francophones.

Entre autres activités, l’ADELF attribue dix Prix Littéraires annuels :

  • Le Prix de la Première Oeuvre Littéraire Francophone ADELF AMOPA, décerné en collaboration avec l’Association des Membres de l’Ordre des Palmes Académiques
  • Le Grand Prix Afrique Noire 
  • Le Prix Alpes Jura
  • Le Prix Asie
  • Le Prix des Caraïbes,
  • Le Prix Europe,
  • Le Prix littéraire France Liban,
  • Le Prix France Belgique
  • Le Prix Maghreb – Afrique méditerranéenne
  • Le Grand Prix de la Mer

Historique des différents Prix 

  • 1950, le Prix Madagascar, refonte de quatre autres (Prix des Mascareignes, des Petites Iles) est devenu en 1963 le Prix de la Mer et des Océans,
  • 1961, les Prix Liban et Afrique Noire,
  • 1965, Prix Caraïbes,
  • 1972, Prix Alpes Jura, recentré sur la Suisse et le Val d’Aoste,
  • 1972, Prix Asie et Maghreb,
  • 1982, Prix ADELF-AMOPA.

Les jurys

Les différents jurys rassemblent des personnalités aux profils différents, auteurs reconnus pour leur lucidité et leur liberté d’esprit, universitaires, dramaturges, comédiens, libraires et journalistes. Ils accomplissent leur tâche de juré par passion, en quête de textes originaux, aux aguets afin d’entendre toutes les voix, même les plus ténues et de soutenir leurs éditeurs.
L’intransigeance des jurys dans le choix des ouvrages repose sur la conviction que l’excellence et l’originalité de la pensée, ne peuvent être dissociées de la langue dans laquelle elles s’expriment.
Ainsi s’explique, au fil des décennies, l’attention accordée à des écrivains prometteurs, destinés à des honneurs et une gloire mérités.
De Léon Gontran-Damas (1969) à Nicolas Bouvier (1982), d’Agota Kristof (1986) à Ahmadou Kourouma (1990), d’Amin Maalouf (1986) à Tierno Monenembo (1986), d’Henry Bauchau (1998) à Assia Djebbar (1996) l’ADELF est fière de les avoir distingués. Maintenant et depuis plus d’une décennie, elle s’attache à découvrir, dans le même esprit, les gloires de demain.
Convaincue que la culture relève autant d’une nécessité intellectuelle qu’humaine, l’ADELF travaille sans relâche à promouvoir la tolérance, l’esprit critique et la richesse de la pensée venus d’ailleurs.

 

Jacques Chevrier, Professeur émérite à la Sorbonne, Président de l’ADELF
Marie-Neige Berthet, Secrétaire Générale de l’ADELF