L’Association des Écrivains de Langue Française

Chers amis, membres, auteurs et sympathisants de l’ADELF,

La pandémie a bouleversé nos habitudes, nos réunions et nos agendas.

A cela se sont ajoutés d’autres événements douloureux, qui nous ont conduits à ne pas décerner la plupart des Prix en 2019, 2020 et 2021. En effet, madame Marie-Neige Chevrier-Berthet, Secrétaire générale, nous a quittés au début de l’année 2021, des suites d’une longue maladie. Ce fut pour nous une grande douleur et une perte immense.

Mais nous avons le plaisir de vous informer que la plupart des jurys reprennent en 2022 le fil de leurs lectures et découvertes. Des informations actualisées figureront très prochainement dans les pages des Prix auxquels vous concourez.

Le comité directeur

L’Association des Écrivains de Langue Française réunit dans un même attachement à la langue française des écrivains de toutes origines. Son objectif est de révéler de nouveaux talents et de consacrer des écrivains majeurs qui, par la qualité de leur écriture ou par la force de leur engagement, font rayonner les littératures francophones dans le monde. Pour l’ADELF, la langue française représente un patrimoine commun en perpétuelle et nécessaire évolution, qui précède ou accompagne, par le dialogue des cultures, les mutations du monde moderne.

L’Association a été fondée en 1926. À l’époque, la France était à la tête d’un vaste empire colonial. Les Prix littéraires de l’ADELF avaient alors pour vocation de récompenser les écrivains s’exprimant en français, indigènes ou administrateurs de la France d’outremer, dans des territoires où le français était imposé. L’existence d’un Prix Asie (Cochinchine) s’explique ainsi. Les colonies étaient administrées à l’époque par le Ministère de la Marine : l’ancienneté du Prix de la Mer et son lustre en sont le témoignage, alors que de nombreux autres Prix consacrés à la mer ont eu une existence éphémère.

L’Association des Écrivains de Langue Française a été reconnue d’utilité publique en 1952. Après les Indépendances, l’ADELF, héritière d’un passé révolu, s’est peu à peu ouverte au monde contemporain. Elle s’est alors donné pour mission de distinguer les auteurs d’expression française, d’où qu’ils viennent. Pour l’ADELF, la langue française représente un patrimoine commun en perpétuelle et nécessaire évolution, qui précède, ou accompagne, par le dialogue des cultures, les mutations du monde moderne. L’enjeu majeur est de mettre en valeur l’usage du français afin de promouvoir l’expression de toutes les sensibilités, d’en souligner le dynamisme et d’en favoriser la dimension créatrice. Comment pratique-ton le français, qu’il soit ou non langue vernaculaire, pour répondre aux problématiques actuelles ?

En savoir plus

Les Prix