Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire

Grand Prix Littéraire d'Afrique noire

Nouvelles du Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire 

Le 23 septembre 2020 

La situation exceptionnelle que nous vivons tous à cause de la pandémie a bouleversé nos habitudes et tous nos agendas. À cela se sont ajoutées des circonstances d’ordre privé qui nous ont conduits à ne pas décerner de prix en 2019 ; à ne pas parvenir à organiser la remise du prix aux deux lauréats 2018 (Timba Bema pour Les seins de l’amante, éditions Stellamaris et Gauz pour Camarade papa, éditions Le Nouvel Attila) ; à décider de ne pas décerner de prix non plus en 2020.

Que de décisions très longues à prendre, difficiles et douloureuses !

Les candidats au prix 2019 nous ont adressé leurs ouvrages. Difficile de les remercier, eux et leurs éditeurs, en leur disant simplement qu’ils ont été lus…Nous en sommes bien conscients ! Nous savons quel engagement représente le fait de se porter candidat à un prix littéraire. Nous avons prévenu chacun, tellement désolés de devoir répercuter sur chacun d’eux nos empêchements actuels.   

Nous avons néanmoins l’ambition de poursuivre l’aventure du Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire. Les éditeurs comme beaucoup d’auteurs nous témoignent confiance et fidélité, il ne saurait être question de tarir un tel enthousiasme.

Voici la liste des ouvrages lus pour ce qui devait être le corpus 2019 de notre prix. Ces auteurs nous ont offert de beaux et profonds moments de lecture ! Grand merci à chacun des auteurs, à chacun de leurs éditeurs.

  

 

Josué Guébo : l’ensemble de son œuvre.

Johary Ravaloson, Amour, patrie et soupe de crabes (Éditions Dodo Vole)

Blaise Ahnaï Bay, Les carnets du soleil (Éditions Proximité)

Beata Umubyeyi Mairesse, Tous tes enfants dispersés (Éditions Autrement)

Chloé Delsad, Lycée Norbert Zongo (L’Harmattan)

Nathalie Tientcheu, L’amour est une histoire de sorcellerie (Fauves éditions)

Zacharie Kone, Souvenir d’une destinée manquée (Éditions Matrice)

Kontondia J.H. Thiombiano, L’initié du soleil (Icra Livre)

Daouda Mbouobouo, Le fossé des baobabs (Éditions Proximité)

Calvin Djouari, Revoir Yangba et Nkongsamba (Éditions du Panthéon)

Badiadji Horrétowdo, Hadja Binta (Éditions Proximité)

Samba Diakité, Waati Seraa (Différance Pérenne)

Oulaï Paul, Les Chaînes du chef (Iwari éditions)

Désiré Anghoura, Présidente ! Contre vents et marées (Éditions Nambekan)

Henri Nkoumo, Poèmes sauvages (Les classiques Ivoiriens) 

 

****

 

L’ADELF et Le Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire ont perdu un ami, un intellectuel reconnu et un éminent lecteur. Edem Kodjo nous a quittés.

 

Ce jour de mai 2018, nous honorions son compatriote Aristide Tarnagda pour son si beau texte « Terre Rouge » publié chez Émile Lansman. Edem Kodjo était présent. Il rendait ainsi un bel hommage à la littérature !

Les avis précieux de cet homme de culture nous manqueront indéniablement.
Nous pensons à sa famille qui est dans la peine et l’assurons de toute notre sympathie.

 

***

 

L’histoire du Grand Prix Littéraire d’Afrique Noire :

Entretien avec le Professeur Jacques Chevrier,

Ralphanie Mwana Kongo, « L’Afrique des idées », 4 juin 2014.

Historique du Prix

 

 

Le Grand Prix Littéraire d’Afrique noire 2018 est attribué à :

Armand Gauz

pour Camarade Papa, aux éditions Le Nouvel Attila

 

ainsi qu’à :

Timba Bema

pour Les seins de l’amante, aux éditions Stellamaris

 

 

Grand Prix Littéraire d'Afrique noire

 

Historique du Prix

Prix Littéraire France-Liban

Prix littéraire France Liban

 

 

 

Le jury du Prix France-Liban de l’ADELF s’est réuni le mardi 28 janvier 2020 afin de choisir son lauréat pour l’édition 2019. Après des débats très animés, compte tenu de la grande qualité de la sélection, il a été décidé d’attribuer le prix au roman de Camille Ammoun : Ougarit, paru aux éditions Inculte. En outre, le jury a également décidé d’attribuer une mention spéciale à Fady Stephan pour son ouvrage Archives des sables et du vent paru aux éditions Eric Bonnier. 

Le jury a été particulièrement sensible au caractère novateur d’Ougarit. L’idée maîtresse qui consiste à insuffler une âme à une ville nouvelle et sans mémoire, la référence à l’Aleph de Borgès qui inspire la démarche de l’urbanologue qui en est le personnage principal, la maîtrise de la construction romanesque et la qualité de l’écriture ont été soulignées comme étant les dimensions particulièrement séduisantes de ce premier roman.  Archives des sables et du vent, quant à lui, est un ouvrage d’une remarquable érudition, porté par une authentique passion pour cette archéologie de la mémoire dont Fady Stephan a fait le projet de toute une vie.  

Enfin les membres du jury ont observé une minute de silence pour saluer la mémoire de l’Ambassadeur Paul Blanc, qui a fait partie du jury avec une fidélité et une rigueur sans faille jusqu’à son dernier souffle. Paul Blanc était un véritable ami du Liban et son départ est une grande perte.

Rappelons enfin que le Prix est doté de 5000$ grâce au soutien de La Banque Libano-Française.

——

Le Prix Littéraire France-Liban 2019 est attribué à :

Camille Ammoun

pour Ougarit, aux éditions Inculte

 

Mention spéciale à : 

Fady Stephan 

pour Archives des sables et du vent, aux éditions Eric Bonnier

 

—-

Prix 2018

 

 

Le Prix Littéraire France-Liban 2018 est attribué à :

Yasmine Ghata

pour Le Calame noir, aux éditions Robert Laffont

 

et à : 

Diane Mazloum 

pour L’Age d’or, aux éditions JC Lattès

 

 

Prix littéraire France Liban

Historique du Prix